Mon rapport aux langues / Mi relación con los idiomas

Mon rapport aux langues / Mi relación con los idiomas

Después de habernos pedido en clase que expliquemos nuestra relación con los idiomas, especialmente con el francés y con la francofonía, ésta es la conclusión a la que he llegado. Está escrito en francés.

Espero que mi forma de vivir los idiomas os pueda parecer interesante.

Aquí os lo dejo:

 

Je pense que notre rapport au français et à la francophonie ainsi qu’aux autres langues et un sujet difficile à aborder du point de vue sentimental. C’est toujours assez compliqué de mettre des mots sur nos sentiments.

Dans mon cas, je suis considérée comme étant francophone parce que je suis née en Belgique et j’ai, donc, la nationalité belge. Cependant, j’ai déménagé en Espagne quand j’avais cinq ans et j’ai tout de suite adhéré à la culture et langue espagnol. Je n’ai plus vraiment de souvenir de la Belgique ni aucun lien qui m’y raccroche, mais j’ai toujours eu la langue française en moi. Ceci est aussi grâce à ma famille qui a continué à me parler en français à la maison. Certaines personnes on peur de continuer à parler la langue de leur pays avec leurs enfants quand ils sont dans un autre pays parce que ce n’est pas la même langue qu’on nous enseigne en cours, certains jeunes enfants s’en mêlent les pinceaux et les parents craignent alors l’échec scolaire. Je pense que mélanger les langues est une chose tout-à-fait normal quand on a cinq ou six ans, moi-même j’ai eu ce petit problème, mais cela s’arrange avec le temps, une fois que l’enfant a bien compris qu’il s’agit de deux langues différentes et non d’une seule. Le fait que j’ai eu cours en espagnol mais que j’ai continué à parler français chez moi m’a permis de devenir bilingue. Et je dois dire que c’est plutôt agréable. Savoir plusieurs langues stimule non seulement nos capacités, mais je trouve qu’on est plus ouvert aux autres cultures et plus compréhensible avec le reste du monde. Il est peut-être plus facile pour nous d’accepter les différences. Je considère, donc, le français et l’espagnol comme mes langues maternelles, une pour les amis et l’autre pour la famille. En ce sens, je ne suis pas que francophone, je suis devenue également espagnol dès que l’Espagne m’a accepté.

Ces deux langues ne sont pas les uniques que je maîtrise. Je connais aussi le catalan, l’anglais, le flamand et le russe ; cette dernière à petite dose.

Depuis mon inscription en primaire ici, en Espagne, j’ai eu cours en valencien. Ceci parce que j’ai commencé à étudier au sein de la Communauté Valencienne, où je réside encore aujourd’hui. Cependant, même si je parle cette langue depuis toute petite, presque autant que l’espagnol, je ne la considère pas comme une de mes langues maternelles, je la considère plus comme une langue d’étude, celle qui m’a permis de réussir mes examens en primaire, secondaire et au bac. C’est un sentiment assez compliqué à décrire, je pourrai me considérer trilingue, d’un point de vue pratique je le suis, mais cette langue n’occupe pas la même place que l’espagnol en moi.

L’anglais est aussi une autre de mes langues d’études. Quand j’ai commencé l’anglais, elle était, certes, obligatoire, mais j’ai tout de suite accroché avec cette langue. Je la considère comme la langue de la musique ; déjà toute petite je chantais en anglais dans la voiture même si je ne savais pas ce que je disais. L’anglais est aussi la langue du septième art et j’aime tout ce qui est en relation avec l’audiovisuelle. Je serai tenter de dire que l’anglais occupe mon côté artistique et créatif.

Une des langues qui devrait m’être maternelle ou du moins, proche, c’est le flamand. Ma famille ne m’a jamais parlé en flamand, ils le parlaient entre eux pour que je ne puisse pas comprendre ce qu’ils étaient entrain de dire. Comme quand ils voulaient me faire des cadeaux surprise pour la Noël ou mon anniversaire. C’est en écoutant que j’ai fini par comprendre ce qu’ils disaient et que je me suis mise à le parler moi aussi. Toutefois, cela fait longtemps que je ne le pratique plus, ce qui fait que je n’arrive plus a m’exprimer comme avant même si je comprend la quasi-totalité de ce que l’on me dis quand on me parle en flamand.

Et finalement, le russe. J’ai commencé à étudier cette langue l’année dernière, c’est pour cette raison que mon niveau est assez bas et que je ne sais pas m’exprimer couramment, mais c’est une langue qui m’attire et que je trouve intéressante. De plus, la culture russe ainsi que le pays sont plutôt attrayants selon moi, surtout économiquement parlant. C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai choisi le russe comme quatrième langue à l’université, c’est une des langues du futur selon moi, en plus du chinois.

Face à tout cela, je peux dire que j’ai un sentiment pour chaque langue ; l’espagnol pour l’amitié, le français pour la famille, le catalan pour les études, l’anglais pour le côté artistique, le flamant pour la curiosité et le russe pour un futur économique. Cependant, je ne rêve que dans deux langues : le français et l’espagnol. Tout dépend de ma journée.